Nous vivons une époque intéressante. Pour certaines personnes, être en confinement est une bénédiction, et pour d’autres, c’est un cauchemar, et nous traversons une diversité d’humeurs et
de changements.

Mais comment ma sérénité ou ma frustration contribue-t-elle à un monde meilleur ?

Une réponse classique à cette énigme est de commencer par l’homme/la femme dans le miroir. En commençant par travailler sur vous même et à vous apprécier. Vous avez peut-être entendu cela un million de fois, oui.
Mais est-ce qu’on y arrive ?

Penser à l’amour est une chose, mais parfois, cela reste une idée ou un concept. Cependant, ce qui compte vraiment, c’est d’en faire l’expérience et de ressentir cet amour.
À partir de cet état d’esprit, la transformation se produit, et nous pouvons nous nourrir, guérir et
s’épanouir.

Une méthode très simple pour évoquer cet amour est de se rappeler et d’apprécier la bonté
que nous avons reçue des autres, à travers un souvenir, un événement spécial qui vous
a fait fondre le cœur. Et juste ressentir pleinement ce moment.

Ainsi, nous pourrions nous rapprocher de la source d’amour.
En reconnaissant simplement que nous pouvons être aimés et que nous méritons d’être aimés.
En acceptant d’embrasser notre petitesse et notre grandeur.

Et à travers cette inspiration et cette chaleur, nous pouvons rayonner et partager notre bienveillance
à notre entourage immédiat, et progressivement, nous pouvons étendre nos intentions positives, à nos voisins, à notre ville, à notre pays et au monde entier.

Lors de ce processus organique, nous pouvons nous rappeler que notre relation aux autres
n’a pas besoin d’être noir ou blanc.

Trungpa Rinpoché disait :
Je crains que l’amour ne soit pas vraiment l’expérience de la beauté et de la joie romantique uniquement. L’amour
est associé à la laideur, la douleur et l’agression, ainsi qu’à la beauté
du monde ; ce n’est pas la récréation du paradis. L’amour ou la compassion, la voie ouverte, est
associé à “ce qui est”. Afin de développer l’amour – l’amour universel, l’amour cosmique,
quel que soit le nom que vous lui donnez – on doit accepter toutes les situations de la vie telles
qu’elles sont. À la fois la lumière et l’obscurité, le bon et le mauvais.

Nous vivons une époque intéressante. Pour certaines personnes, être en confinement est une bénédiction,
et pour d'autres, c'est un cauchemar, et nous traversons une diversité d'humeurs et
de changements.

Mais comment ma sérénité ou ma frustration contribue-t-elle à un monde meilleur ?

Une réponse classique à cette énigme est de commencer par l'homme/la femme dans le miroir. En
commençant par travailler sur vous même et à vous apprécier. Vous avez peut-être entendu cela un million de fois, oui.
Mais est-ce qu'on y arrive ?

Penser à l'amour est une chose, mais parfois, cela reste une idée ou un
concept. Cependant, ce qui compte vraiment, c'est d'en faire l'expérience et de ressentir cet amour.
À partir de cet état d'esprit, la transformation se produit, et nous pouvons nous nourrir, guérir et
s'épanouir.

Une méthode très simple pour évoquer cet amour est de se rappeler et d'apprécier la bonté
que nous avons reçue des autres, à travers un souvenir, un événement spécial qui vous
a fait fondre le cœur. Et juste ressentir pleinement ce moment.

Ainsi, nous pourrions nous rapprocher de la source d'amour.
En reconnaissant simplement que nous sommes aimables et que nous méritons d'être aimés.
En acceptant d'embrasser notre petitesse et notre grandeur.

Et à travers cette inspiration et cette chaleur, nous pouvons rayonner et partager notre bienveillance
à notre entourage immédiat, et progressivement, nous pouvons étendre nos intentions
positives, à nos voisins, à notre ville, à notre pays et au monde entier.

Lors de ce processus organique, nous pouvons nous rappeler que notre relation aux autres
n'a pas besoin d'être noir ou blanc.

Trungpa Rinpoché disait :
Je crains que l'amour ne soit pas vraiment l'expérience de la beauté et de la joie romantique uniquement. L'amour
est associé à la laideur, la douleur et l'agression, ainsi qu'à la beauté
du monde ; ce n'est pas la récréation du paradis. L'amour ou la compassion, la voie ouverte, est
associé à "ce qui est". Afin de développer l'amour - l'amour universel, l'amour cosmique,
quel que soit le nom que vous lui donnez - on doit accepter toutes les situations de la vie telles
qu'elles sont. À la fois la lumière et l'obscurité, le bon et le mauvais.

Categories:

Comments are closed

fr_FRFrançais